> > > Poivre noir entier IGP Kampot

Poivre noir entier IGP Kampot Poivre noir entier IGP Kampot

a bien été ajouté au panier !

Nous vous proposons aussi...

à partir de 5,10 €

à partir de 2,50 €

à partir de 5,10 €

Nom Complet de votre Produit Marque du Produit Poids : 50 g Préparé le 01/01/2018 par Amélie pour Prénom Nom. DDM : 12/2022 REF : B2A-S
Personnalisation de l'étiquette

Habituellement, vos sachets vous sont adressés de manière nominative, avec vos noms et prénoms.

Si vous souhaitez offrir un ou plusieurs produits à un ami, nous vous proposons de personnaliser vous-même l'étiquette du sachet en choisissant de nommer le destinataire de celui-ci.

Pour ce faire, rien de plus simple ! Saisissez simplement dans le champ ci-dessous et observez le résultat en temps réel sur l'étiquette témoin à gauche.

Si cela vous convient, vous pourrez alors valider la personnalisation avant d'ajouter le produit au panier.

Poivre noir entier IGP Kampot

Un poivre rare empli de saveurs et d'histoire. Découvrez ses délicieuses et puissantes notes sucrées et florales qui accompagneront vos viandes, poissons, sauces, légumes et desserts ! En savoir plus

4,20 €

26 avis

Personnaliser l'étiquette
Etiquette personnalisée (modifier)

Loader +

En stock

  • Livraison en lettre suivie jusqu'à 400g

    Livraison prévue pour par Lettre Suivie.

  • Livraison avec So Colissimo en boîte aux lettres ou en point relais

    Livraison prévue pour par Colissimo.

  • Livraison le lendemain avant 13H avec Chronopost 13H

    Livraison en Chronopost prévue pour avant 13h.
    Tarif en fonction du poids, à partir de 12,90 € *.

En sachet refermable : un paquet de qualité alimentaire, opaque et refermable hermétiquement par zip, pour une conservation optimale des arômes dans la durée, préparé spécialement pour vous le jour de l'expédition de votre commande.

Programme de Fidélité : Payer moins cher votre prochain achat ? Obtenir de meilleurs prix ? En achetant ce produit vous gagnerez points de fidélité qui se transformeront lors de votre prochaine commande en une réduction automatique de !

Un ami peut-être intéressé par ce produit ?
Prévenez le en remplissant ce formulaire :

Qu'est-ce que le poivre noir de Kampot ?

Le poivre de Kampot se récolte sur la liane tropicale de l'espèce Piper nigrum L. qui appartient à la famille des pipéracées. C'est donc un vrai poivre, en opposition aux faux poivres, comme le poivre de Siltimur par exemple, qui appartiennent à d'autres familles botaniques. On le cultive au sud ouest du Cambodge dans les provinces de Kampot et de Kep.

De couleur noire, rouge ou blanche, le poivre de Kampot est un poivre rare, de prestige, qu'on cuisine dans les plus grands restaurants gastronomiques du monde. Sa richesse organoleptique et son histoire collée à celle du Cambodge l'élèvent au rang des poivres d'exception.

Une saveur délicate pour un poivre de caractère

Ce poivre noir est troublant par son goût à la fois intense et subtil. Il développe des notes florales d'eucalyptus et de menthe fraîche mêlées à une saveur sucrée absolument envoûtante. D'une longueur en bouche incomparable, le poivre noir de Kampot vous éblouira par l'intensité de sa saveur peu piquante. 

Le terroir et le climat unique de Kampot

En Khmer, le poivre de Kampot se dit Prêche Kampot et est aussi appelé Poivre du bord de mer en raison de sa situation géographique entre la montagne de l'Éléphant (Phnom Voa) et la mer.

Les poivriers sont des lianes tropicales de l'espèce Piper nigrum. Dans les jardins de poivres de Kampot, les poivriers grimpent sur des tuteurs en bois d'environ 3 mètres de haut. Ils sont espacés les uns des autres de 1,80 mètre et abrité du soleil par une sorte de toit végétal créé à l'aide de grandes feuilles de cocotier. Dans les provinces de Kampot et Kep, le sol est fertile, riche en quartz, en fer et en minéraux apportant au poivrier l'humus et les nutriments nécessaires à son développement exceptionnel. Les sols poreux autour de la montagne Phnom Voa permettent un bon drainage de l'eau de pluie, en particulier pendant la saison des pluies. Dans le Golfe du Siam, le climat est océanique offrant aux poivriers des températures chaudes associées à des précipitations fortes et régulières.

Les conditions idéales pour la culture du poivre sont donc réunies et fournissent au poivre de Kampot un terroir rare qui le hisse dans le top 5 mondial des poivres d'excellence !

Comment cultive-t-on le poivre noir de Kampot ?  

C'est avec le début de la saison des pluies, vers juin, que les nouvelles tiges se forment sur le poivrier et commencent à fleurir. En septembre, les fleurs se sont transformées en grains de poivre. La récolte commence en octobre, pour le poivre vert, et se finit en mai, pour le poivre rouge. Au fil des mois les grains développeront leur puissance aromatique et grossiront. Le poivre noir de Kampot est cueilli, lui, vers le mois de janvier quand les grains passent du vert au jaune.

Une fois cueillis les grains sont séchés au soleil pendant une période et selon un processus gardés secret et qui font toute la particularité du savoir-faire de chaque producteur. Le péricarpe du poivre va s'assombrir au fil des jours jusqu'à obtenir une robe noir ébène et un taux d'humidité d'environ 12 % à la fin de la fermentation.

Viennent ensuite les étapes de triage et de calibrage des grains. Ce travail fastidieux, réalisé à la main à l'aide d'une pince à épiler, demande une grande attention et concentration.

À Kampot, les producteurs de poivre s'engagent à respecter une charte très stricte afin de maintenir la qualité et la réputation de leur poivre. Une grosse partie de cette charte consiste à préserver l'environnement et bannir tous pesticides et engrais chimiques. À la place, on recourt aux méthodes naturelles et traditionnelles des ancêtres cambodgiens. On enrichit régulièrement le sol de terre vierge, on fertilise les plantations à l'aide d'engrais naturel à base de mélange de crabes de rizières et d'herbes.

Pendant la saison des pluies, on veille au bon drainage du sol et au remplissage des puits creusés autour des plantations. Durant la saison sèche, on arrose à la main tous les poivriers en allant chercher l'eau au fond des réserves à l'aide de tronc taillé en escalier.

Le poivre Kampot un produit IGP

Le 2 avril 2010, le Cambodge, aidé du syndicat français de Piment d'Espelette et de l'Agence Française de Développement, obtient l'Indication Géographique Protégée pour son Poivre de Kampot, récompensant ainsi le prestige et le caractère unique du poivre de Kampot et le dur labeur de ses producteurs.

Tout poivre portant l'appellation de Poivre de Kampot doit aujourd'hui obligatoirement avoir été cultivé et transformé dans les provinces cambodgiennes de Kampot ou de Kep. Un cahier des charges établi par l'association KPPA (Kampot Pepper Promotion Association) donne les critères scrupuleux de l'IGP que les fermes de poivre doivent respecter. 

Premier produit cambodgien à obtenir une IGP, le poivre de Kampot est aussi l'un des deux seuls poivres au monde à en bénéficier avec le poivre de Penja du Cameroun. Pour les producteurs cambodgiens qui se sont battus pendant des années pour revaloriser leur poivre, leur terroir et leur savoir-faire local, c'est une récompense tant morale que financière. 
Morale, parce que rare sont les produits issus des pays en voie de développement à obtenir des appellations européennes (IGP, AOP - Appellation d'Origine Protégée ou encore STG - Spécialité Traditionnelle Garantie). On connaît notamment l'Afrique du Sud qui n'a toujours pas réussi à protéger son rooibos avec une IGP malgré le terroir et le savoir-faire particulier que nécessite cette plante.
Et financière parce que grâce à l'obtention de l'IGP, les producteurs ont pu multiplier par 10 leurs revenus et de la sorte, dynamiser toute une région du Cambodge.

Comment utiliser le poivre noir de Kampot en cuisine ?

Les viandes rouges

La puissance aromatique et la longueur en bouche du poivre noir de Kampot se développent pleinement sur vos viandes rouges. Une côte de boeuf au barbecue à laquelle vous ajoutez une pincée de fleur de sel de l'île de Ré et un tour de moulin de poivre noir de Kampot vous apportera un plaisir gustatif simple mais intense !

Les poissons gras

Saumon, maquereaux, sardines, anchois, thon, anguilles... Relevez leurs saveurs des parfums envoûtants du poivre de Kampot !

Dans les sauces

Pour accompagner votre plateau de fruits de mer optez pour l'originalité d'une recette cambodgienne à base de jus de citron, de sel et de poivre noir de Kampot. On connaît aussi la traditionnelle sauce au poivre vert, variez les plaisirs en agrémentant votre filet de boeuf d'une sauce au poivre noir de Kampot, vos papilles vous remercieront ! Du fromage blanc, un tour de moulin de ce poivre et vous obtenez une sauce parfaite pour l'accompagnement de légumes vapeur ou de roulés de charcuterie ! 

Dans les desserts

Et oui le poivre de Kampot est un poivre idéal dans les desserts. Son côté sucré et chaud se marie délicieusement bien avec les fruits frais, les compotes, les confitures (surtout la fraise, la figue et la cerise) et bien évidemment tous les plaisirs chocolatés. 

Les effets du poivre de Kampot sur la santé

Les vertus médicinales du poivre sont connues depuis l'antiquité. Aujourd'hui, ses qualités nutritionnelles ont été démontrées par des études scientifiques et l'on sait que c'est la pipérine, principe actif contenu dans le poivre, qui fourmille de propriétés bienfaisantes pour la santé. 

Diminution du risque cardio-vasculaire

Le poivre avec ses goûts variés nous offre des possibilités bien plus grandes que le sel pour rehausser les plats pauvres en saveurs. En diminuant notre consommation de sel, nous réduisons fortement les risques cardio-vasculaires.

Facilite la digestion et diminue les troubles digestifs

En stimulant les papilles gustatives, responsables de la sécrétion de l'acide chlorhydrique dans l'estomac, le poivre facilite la digestion. Les enzymes digestives, activées par la pipérine, permettent de faciliter l'assimilation des protéines, lipides et certains glucides. Par conséquent, elles soulagent les différents maux du système digestifs : nausées, ballonnements, flatulences, constipation...

Le pouvoir de salivation de la pipérine aide à garder l'haleine fraîche en réduisant l'acidité de la cavité buccale.

Un anti-inflammatoire et antidouleur

Les propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires du poivre calment les douleurs et soignent les rhumes, bronchites, mal de gorge et rhinites.

En association avec le curcuma, le poivre devient un excellent anti-bactérien et anti-inflammatoire. La curcumine, présente dans le curcuma, est 20 fois mieux absorbée par l'organisme quand elle est associée à la pipérine du poivre. Cuisinez donc les deux épices ensemble et vous bénéficierez pleinement de leurs qualités thérapeutiques.

Un antidépresseur

L'hormone du bien-être, l'endorphine, prévient des états de dépression, d'anxiété ou d'insomnie. La teneur en pipérine du poivre a pour effet de stimuler et d'augmenter la production de cette hormone du bonheur. La sécrétion de la sérotonine (neurotransmetteur intervenant dans le bien-être émotionnel, régulant les humeurs, le sommeil, la sexualité, l'appétit et la température corporelle) se voit également amplifiée par la pipérine.

Le poivre, les cures détox et les régimes

Lorsqu'on fait un régime, on cherche à manger plus sainement et plus équilibré. Mais en cuisinant des légumes vapeur ou des viandes ou poissons sans matière grasse, on se retrouve souvent avec une assiette qui manque de saveur et de pep's. Alors pourquoi ne pas opter pour l'assaisonnement avec les épices ? Trop compliqué ? Pas tant que ça ! Avec le poivre il suffit d'ajouter un tour de moulin juste avant de déguster. La richesse des arômes du poivre et leur grande diversité de goût vous offriront des plats aux saveurs variées. À lui seul il vous prémunira de la tentation d'ajouter des sauces et vous réconciliera avec la cuisine simple et pas chère.

En 2011, dans une étude de la Pennsylvania State University sur le pouvoir des épices dans les repas riches en graisse, des chercheurs ont démontré que l'ajout de curcuma, de cannelle, de paprika et de poivre réduisait de 30 % le taux de triglycérides, baissait de 20 % la réponse à l'insuline et augmentait de 13 % l'activité sanguine, grâce aux antioxydants que ces épices contiennent.

La pipérine contenue dans le poivre aide la foie à produire la bile favorisant ainsi le rôle d'épurateur et débarrassant le corps de ses toxines. Le poivre a également un pouvoir diurétique en dilatant l'artère rénale qui facilite l'élimination des toxines par l'urine. La propriété diaphorique du poivre amplifie cet effet détoxifiant en augmentant le calibre des vaisseaux capillaires de la peau et permettant au corps de mieux transpirer.

Grâce aux épices et au poivre, profitez donc pleinement de votre cure detox ou de votre régime amincissant sans perdre le bonheur simple d'un repas savoureux !

Le poivre un puissant aphrodisiaque ?

Le poivre était autrefois surnommé le plaisir de Vénus ce qui a fortement contribué à gonfler sa valeur marchande. Dans l'Abbaye de Cluny au XIIsiècle, le père Pierre le Vénérable avait même supprimé toute épice des cuisines afin de freiner tout réveil d'ardeur des moines.
Il paraîtrait que les propriétés stimulantes et tonifiantes couplées à l'action vasodilatatrice du poivre permettrait de simuler une montée de l'excitation chez l'homme ou la femme qui se manifeste par le gonflement des organes sexuels. Le mieux est d'essayer pour vous en convaincre alors poivrez votre repas en amoureux et préparez-vous à une nuit de plaisir !

Le plus santé

De par son mode de culture, le poivre de Kampot, est garanti sans pesticides, engrais chimiques et autres. Sa production est minutieusement contrôlée chaque jour et tous les engrais sont d'origine naturelle. Les normes de l'agriculture biologique demandent de gros investissements dont les producteurs cambodgiens ne disposent pas, mais cela n'empêche pas ce poivre d'être cultivé de manière totalement naturelle.

Kampot, un poivre chargé de l'histoire de son pays

Le poivre de Kampot au XIIIsiècle.

En 1296, le diplomate chinois Zhou Daguan (Tcheou Ta-Kouan ou Chou Ta-Kuan) relate la vie et les coutumes des Cambodgiens à cette époque dans ses Mémoires sur les coutumes du Cambodge. Il donne notamment des détails sur la culture du poivre par les fermiers cambodgiens. Son récit, le plus ancien que l'on connaisse sur ce sujet, est considéré comme un témoignage inestimable sur l'Empire Khmer.

Le développement de la culture du poivre dans la colonisation fin du XIXsiècle

Au début du XIXsiècle, les îles aux épices sont partagées entre l'Angleterre et les Pays-Bas ce qui donne lieu à de nombreuses tensions entre ces deux nations à propos du commerce des épices.

Suite au traité de 1824, actant le partage du monde des épices, les Hollandais ne sont pas satisfaits. L'indépendance d'Aceh (ancien nom de l'île de Sumatra) les empêche de profiter pleinement de cette plaque tournante du commerce du poivre qui produit plus de la moitié du poivre mondial en 1820. Éclate alors, en 1873, la guerre d'Aceh qui se conclura par la victoire des Hollandais. Cependant le sultan Mahmud Shah, peu avant sa mort, ordonnera la destruction par le feu de toutes les plantations de poivres, privant ainsi ses ennemis du bénéfice de ce trésor tant convoité.

La grande pénurie qui s'ensuit favorisera en partie la production au Cambodge à Kampot que les autorités coloniales françaises s'empresseront d'exploiter. 

La moitié du XXsiècle et l'apogée du poivre

Les colons français recourent à leurs connaissances des nouvelles techniques de production et de commercialisation. Ils se détournent de la culture en milieu naturel, la forêt tropicale étant trop compliquée à gérer. Ils créent des plantations en plaine, faisant pousser les lianes de Piper nigrum sur des tuteurs de bois morts. La production et le commerce du poivre s'envolent, c'est la fièvre du poivre qui commence.

Une mauvaise gestion de la politique du protectorat et un impôt créé en 1908 sur le poivre la production de poivre baisse de 8 000 à 3 000 tonnes par an. Toutefois, comme le révèle un ouvrage collectif dirigé par G. Maspero en 1930 Un empire colonial français, l'Indochine, le poivre de Kampot tient la première place parmi les denrées coloniales d'exportation. En 1928, 2 600 tonnes de poivre sont consommées en France venant presque intégralement d'Indochine.

L'explosion de la consommation de poivre en France s'explique aussi par le régime douanier colonial favorisé par la loi du 13 avril 1928 qui autorise l'importation de poivre dans la métropole sans restriction de quantité.

Jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la culture du poivre en Cochinchine disparaissant, le poivre du Cambodge connaît son heure de gloire et sera cuisiné jusqu'en 1960 dans les meilleurs restaurants français. Cet engouement des Français pour le poivre de Kampot favorisera sa renommée mondiale. 

Les Khmers rouges, un coup fatal pour le poivre de Kampot

La guerre du Vietnam et le début des bombardements signent l'arrêt de la culture du poivre de Kampot. Lorsque les Khmers Rouges prennent le pouvoir en 1975, ils installent une dictature violente, totalitaire basée sur une politique alimentaire d'autosuffisance. Les paysans et les terres sont réquisitionnés pour assurer la culture du riz, servant de monnaie d'échange pour les armes et les munitions, et de toutes plantes alimentaires pour nourrir le peuple. Le poivre, ce produit luxueux destiné à l'exportation, a un rapport bien trop important au capitalisme, il n'a donc aucune valeur aux yeux des Khmers Rouges qui détruisent les plantations et implantent des rizières à la place. Tout fermier refusant la destruction de sa plantation était tué. C'est donc également un savoir-faire qui s'éteint avec les poivrières.

À la fin des années 1990, le Cambodge et ses habitants sortent de cette guerre civile, dévastés et ruinés. Certaines familles de producteurs reviennent cependant sur leurs terres et tentent de replanter des poivriers. Les prix de cette épice rare étant alors au plus haut, cette perspective réjouissante attire d'autres producteurs et engendre la désinflation au début des années 2000. Les agriculteurs de Kampot travaillant à perte, abandonne à nouveau leurs jardins de poivre...

Un nouveau souffle durable pour le poivre de Kampot

En 2006, devant le gâchis d'un tel potentiel, des ONG et des expatriés amoureux de Kampot et de son produit, entament un processus de revalorisation de ce poivre rare. Ils aident les agriculteurs à relancer la culture, à améliorer leur système de production et constituent des coopératives. Aujourd'hui c'est près de 350 familles qui vivent de la culture du poivre de Kampot.

Pour la petite histoire...

Dans son roman Un barrage contre le Pacifique, Marguerite Duras, née à Kampot et y ayant vécu jusqu'à ses 17 ans, évoque la culture du poivre dans la forêt tropicale où les lianes poussent le long des arbres.

En rechargeant votre moulin à poivre Zanzibar de Peugeot avec le poivre noir entier IGP de Kampot du Comptoir des Poivres, vous retrouverez toutes les saveurs du poivre d'origine !

  • Nom botanique : Piper nigrum
  • Origine : Cambodge, Kampot
  • Conservation : à l'abri de l'air, de l'humidité et de la lumière

Il y a 26 avis sur le produit

- 11/09/2019 à 16:08

Excellent produit

- 01/09/2019 à 18:09

très bien , conforme à mon attente

- 29/08/2019 à 07:30

Excellent

- 27/07/2019 à 16:37

Pas encore goûté, mais j'ai confiance

- 19/07/2019 à 13:39

A découvrir

Voir les 26 avis sur le produit Poivre noir entier IGP Kampot

Les commentaires sont collectés par Les commentaires des produits sont collectés par Avis-Vérifiés

Origine
Cambodge, Kampot
Arôme
Des notes sucrées, florales, fraîches
Préparation
Un poivre délicat à moudre ou à concassé au dernier moment.
Cuisson
Éviter la cuisson
Association
Viandes rouges, poissons gras, sauces, légumes, charcuterie, fromage blanc, dessert fruité ou chocolaté
Type de cuisine
Toutes les cuisines du monde.

Haut de page

Encore plus d’actualités sur le monde des épices...
poivre-noir-entier-igp-kampot

Un ami peut-être intéressé par ce produit ?
Prévenez le en remplissant ce formulaire :